De retour au Passé – 11ème  Partie

Viviane Freitas

  • 15
  • Sep
  • 2015

De retour au Passé – 11ème Partie

  • 15
  • Sep
  • 2015

New York, synonyme d’apprentissage.
L’Eglise d’Angleterre allait bien, mais un pasteur est venu ensuite pour nous remplacer et nous sommes allés au siège.

Je vivais à une heure de route de l’église. Je vivais avec mes parents.
Au début, nous devions prendre les transports en commun pour se rendre à l’église. Ma mère laissait souvent Júlio à la station de train.

Chaque jour, je préparais le déjeuner de Júlio. Parfois j’allais tôt le matin avec lui. Et la bas je m’occupais de lui et parfois je préparais le goûter pour tous les pasteur du siège. Cela était si bien, le fait de partager la nourriture et aussi d’apprendre les choses qui nous ont été transmises.

Là, dans le milieu de la lutte de la vie quotidienne de l’église, j’ai commencé à vouloir faire plus pour Dieu, mais je ne pouvais vraiment pas voir ce qui pourrait être fait. Juste le fait d’aller à l’église était pas assez, je voulais être utile aussi.
Lorsque cela était possible, je servais avec joie les serviteurs de Dieu. Mais le travail n’est pas seulement de nourrir, mais pour sauver!

C’était, et est toujours cet appel qui brûle toujours dans mon être.

A cette époque les épouses ne travaillaient pas dans les réunions, elles aidaient lors de l’onction, ou dans la prière avec un groupe de prière. Mais pour moi, cela n’était pas encore assez. Je voulais quelque chose de plus.

Ma mère a fait une réunion avec les épouses. Et j’ai eu une réunion que je ne l’oublierai jamais où elle a lu quelque chose que j’ai gardé en moi, « les sept clés ».

Proverbes 6: 6-9
« Va vers la fourmi, paresseux; Considère ses voies, et deviens sage. Elle n’a ni chef, Ni inspecteur, ni maître; Elle prépare en été sa nourriture, Elle amasse pendant la moisson de quoi manger. Paresseux, jusqu’à quand seras-tu couché? Quand te lèveras-tu de ton sommeil? »

Ma mère, par le biais du Saint-Esprit a dit que nous devons dépendre de personne, nous devons considérer nos chemins, et être sage. Nous ne pouvions pas compter sur les réunions pour stimuler notre communion avec Dieu. Nous devions avoir une dépendance sur lui.

Je parlais de la communion que nous devions avoir et ne pas être paresseuse pour Le chercher.

Eh bien, je suis allée à la «chasse». Quel était mon rôle?

Je cherchais entre les épouses de pasteurs, pour avoir en quelque sorte des conseils. Je cherchais à m’allier ou être amie de celles qui ont eu des expériences avec Dieu et ont parlé des choses de Dieu. Quelque chose que je cherchais constamment: trouver réponse pour mieux servir.

Et la réponse n’est pas arrivée au même moment. Je devais «chasser» et être toujours aux pieds de Jésus. Pendant que la réponse n’arrivait pas, j’essayais de la trouver en écoutant la voix de Dieu.

Mon appel était pas parce que maintenant, une fois mariée, aider mon mari pour qu’il soit béni. A vrai dire ce n’est pas été béni, mais si être utiles pour Dieu.

Le message que ma mère a donné m’a donné une idée que je ne l’oublierai jamais. Il m’a fait comprendre que si je voulais être utile à Dieu, cela ne dépendra pas d’une réunion et ni de personne. Je devrais la trouver moi-même. Et cette quête était bonne, parce que nous révélons ce que nous voulons quand nous insistons sur ce que nous voulons atteindre.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

25 comentários

  1. 《.. nous révélons ce que nous voulons quand nous insistons sur ce que nous voulons atteindre》
    Ce que Dieu veux de nous n’est pas que nous dépendons de quoi que ce soit . Mais que nous nous connections directement à Lui afin de recevoir par notre foi et confiance ce que voulons .

    Voyez plus
1 3 4 5