De Retour au Passé – 63ème Partie

Viviane Freitas

  • 29
  • Nov
  • 2016

De Retour au Passé – 63ème Partie

  • 29
  • Nov
  • 2016

Cette prière définie et intelligente a changé mes réactions. Je n’étais pas en train de faire des choses en me forçant pour changer. Mais la décision de regarder vers la foi et vers ce en quoi je crois, m’a fait visualiser les sentiments comme étant mes ennemis, quelque chose qui, petit à petit, avait pris possession de mon être. J’ai gagné une haine, une véritable haine contre le sentiment. Pas une haine contre moi, ni contre la situation, car je savais bien qu’indépendamment de la situation ou de ce que je vivais, j’avais le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit ne m’a pas été donné pour vivre frustrée ou déroutée. Cette haine du sentiment, m’a fait rester en alerte, dans mon quotidien, contre les sentiments.

Alors une situation a surgi… Comme ma sœur allait partir, toutes les épouses qui la connaissaient de près, souffraient de son départ en dehors du pays. Et une épouse m’a dit: «Écoute Viviane, je ne vais pas descendre pour dire au revoir à Cris, sinon je vais pleurer.»

Et avant de vous dire ma réponse, vous devez savoir que j’étais un «puits» de sentiments. Et tout autour de moi devenait très difficile à résoudre. Une fois, j’ai fait le programme «Choses de Femmes» pour dire au revoir à ma sœur et je ne faisais que pleurer. Je ne me rappelle même plus de ma dédicace, car ce qui m’a marqué c’est mon émotion. Je n’arrivais même pas à compléter la phrase, tellement je pleurais. Pour moi, ce fut une honte; pas la honte de savoir qu’elle allait me manquer, mais la honte pour la foi que je professais.

J’ai fait mauvaise figure: Ma conduite, mes réactions, mes conflits, la Parole de Dieu que j’étais en train de recevoir. Et alors… Où était ma foi? Et le Saint-Esprit? Où était le Dieu Tout-puissant dans ma vie? Où était mon offrande? Ma croyance vivante? Ma foi? Ma dévotion?!

La foi nous apporte le sens de responsabilité d’accomplir, comme aussi celui d’honorer.
Si j’accomplis, j’obéis et tout va bien. Si je n’accomplis pas, je n’obéis pas et je déshonore Celui qui m’a révélé la foi. Ce sens de responsabilités, nous permet d’assumer nos failles. Et il nous fait être attentives à tout ce que nous présentons.

En tant que servante et fille, je ne veux pas seulement Lui apporter des problèmes pour qu’Il les solutionne, mais je veux L’honorer avec ma vie. De là, la haine contre les sentiments que j’étais en train de vivre. J’étais consciente que mon offrande ne L’honorait pas.

Maintenant imaginez-vous identifier cela et restez indifférente! Ne serait-ce pas une manière de remettre en question votre foi ou même le baptême du Saint-Esprit?

Bon, grâce à Dieu, que la foi m’a été révélée et que j’ai détecté, à l’instant, le manque de qualité de mon offrande.

Et c’est pour cela que maintenant vous allez recevoir un électrochoc! Parce que tout ce qui menace ma foi ou me fait tolérer l’erreur, après avoir pris conscience de ma situation, me transforme en un «taureau» contre ce qui m’affaiblit. C’est là que j’ai dit à l‘épouse:
«Écoute, je ne vais pas pleurer quand ma sœur va partir!» (J’avais déjà la haine contre ce qui me rendait faible et j’haïssais aussi ce qu’elle était en train de vivre. Pas elle, mais le sentiment qui fait de nous une «proie»).
Et l’épouse est restée silencieuse. Alors j’ai dit: «Tu sais pourquoi?» Elle m’a répondu: «Non». Alors je lui ai dit: «Parce que Moïse est mort!»

Lorsque j’ai dit cela, je ne voulais pas dire que ma sœur était morte. C’est attaché! Mais parce que je devais regarder de l’avant et ne pas rester attachée ou me sentir inférieure ou petite devant ce que Dieu m’a donné comme responsabilité. Et je voulais qu’elle en fasse de même et qu’elle ne vive pas comme j’étais en train de vivre. La haine était dorénavant une force contre le péché que j’avais présenté à Dieu. Et «j’avançais» dans la foi, comme un «taureau» envers n’importe quelle personne en qui j’identifiais ce mal.

Et cela est drôle! Parce que la foi vous ait donnée. La force, la détermination, la correction contre ce qui vous fait agir contrairement à la foi, sont immédiates, lorsque vous êtes définie dans votre foi et par conséquent dans votre prière. On ne peut être faible et rester longtemps dans votre vie sans une définition dans votre foi. Parce que Dieu nous a donné l’intelligence, justement afin que nous mesurions, que nous vérifions ce qui est réel dans notre vie. Cette intelligence ou cette foi intelligente, ne s’appuie pas sur le fait d’être baptisée du Saint-Esprit, présupposant par là que tout va marcher. Si je ne veille pas, je ne peux pas continuer à aller de l’avant.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 comentário

  1. Un bon exemple de foi à suivre!

    Voyez plus