De Retour au Passé – 62ème Partie

Viviane Freitas

  • 22
  • Nov
  • 2016

De Retour au Passé – 62ème Partie

  • 22
  • Nov
  • 2016

Londres, un endroit toujours nuageux. Un endroit avec plusieurs races, des cultures mélangées.

Mais le côté extérieur n’était pas un problème. J’étais bien consciente que je devais en finir avec mes dilemmes et plus je percevais des problèmes, plus j’en trouvais un parmi tant d’autres.

Le manque des épouses d’Espagne et le manque du fait de dialoguer normalement avec les épouses, comme je le faisais d’habitude, cela me manquait. Mais je savais que ce n’était pas cela que je cherchais. Je n’étais pas à la «chasse» de quelque chose pour fuir de mes problèmes. Je voulais parce que je voulais découvrir la racine de mes problèmes et j’étais définie dans mon intérieur à confronter chacun d’entre eux. Le prix, la douleur de mon âme n’importait pas réellement. Ce qui m’importait, c’était l’issue que je voulais trouver.

Nous étions à l’époque où l’on parlait de la Campagne d’Israël – du sacrifice – à l’église. Mais qu’est-ce qui se passait? On aurait dit que j’écoutais et que les conflits étaient plus en évidence que la Parole de Dieu elle-même. Je ne comprenais pas…. j’étais dans le pur sentiment. Peu importe à quel point mon esprit voulait une réponse, ma chair sentait toutes les circonstances de mes émotions. Et sincèrement, ma foi n’arrivait pas à résister. J’étais plus dans l’émotion et distante de la foi. Même si j’avais bien conscience que la foi ne fait pas cela, je n’étais pas capable de changer.

Je pleurais dans les réunions, je demandais de l’aide à Dieu. Je luttais contre ces émotions. Mais il semblait que ces dernières, qui étaient ancrées dans mon être, ne voulaient pas sortir. En réalité, je luttais avec l’émotion pour enlever une autre émotion.

Un jour j’étais déjà saturée de tant d’émotions. J’ai pensé en moi-même: «Mince alors! Je suis en train d’écouter parler de révolte, mais je n’arrive pas à me révolter! Mon Dieu, aide-moi!». Comme je ne pouvais pas attendre l’agonie de mon âme, alors un jour, j’ai décidé de jouer «carte sur table» avec ma famille pour voir si elle allait m’aider.

Nous étions réunis, moi, Cris, mon père et ma mère dans le salon. Et chacun était assis, avec la télé allumée, mais personne ne faisait attention à cette dernière. J’ai vu là une opportunité de «lancer une carte», comme une façon de trouver une réponse. Je leur ai dit: «Je crois que je ne vais plus faire l’Emission «Choses de Femmes». J’ai dit cela de façon à trouver une réponse, ce n’est pas que je choisissais de faire ou non le programme, mais c’était pour aller à la rencontre de leur attente. Littéralement, je provoquais une réponse à mon agonie.

Lorsque j’ai dit cela, immédiatement, ma sœur a dit: «Qu’est-ce que cela, Vi?» Lorsqu’elle a dit cela, mes yeux se sont remplis de larmes, voulant pleurer parce qu’elle a parlé en croyant en moi. Et elle a continué en disant: «Tu es si forte! Comment peux-tu dire une chose pareille?»

Entre-temps, mon père la coupa et dit: «Ma fille, tu n’as pas besoin de faire l’émission «Choses de Femmes». Si tu ne veux pas la faire, tu ne veux pas t’exposer, etc., tu n’as pas besoin de la faire».

Il semblait que mon père me soulageait, mais non. Il parlait contre la foi que je professais. Je n’ai pas été appelée pour faire l’Œuvre de Dieu, comme je le veux ou si je me sens bien. J’ai été appelée pour servir!

Au moment où il a dit cela, ma foi a parlé à l’intérieur de moi. Non pour les contrarier, mais c’est la manière dont j’ai réussi à en faire usage, pas de l’émotion, mais de la foi.

La foi vous fait penser, réfléchir et principalement peser la finalité de votre objectif.

C’est alors que j’ai laissé quelques minutes passer et je leur ai dit que je rentrais à la maison. En arrivant à la maison, j’ai exposé à Dieu tout ce que je vivais. J’ai parlé avec Lui, parce que ma réponse n’était pas dans un «abri familial» ou dans le fait de «comprendre mes émotions». Je voulais servir Dieu. Et je devais encore contrarier ma chair, je devais résoudre cela avec Celui qui fait toutes les choses.

Et là, dans ma chambre, je me suis agenouillée et j’ai parlé avec Dieu: «Dieu, fais bien attention …. Je suis en train de pleurer, oui… ce n’est pas parce que je cherche à ce que le Seigneur ait de la peine envers moi, mais parce que tout ce que je vis me fait mal. Je suis en pleine campagne d’Israël et tout ce que j’écoute est sur la révolte. Mais jusqu’à présent, je n’arrive pas à me révolter contre aucune des choses que je suis en train de sentir. Et cela n’a pas de sens. Lorsque le Seigneur m’a baptisé de Ton Esprit, je n’ai pas été baptisée de cet esprit d’émotion, non! Ce n’est pas Ton Esprit en moi! Et je n’accepte plus d’être ainsi!»

J’ai parlé à Dieu en détails et lorsque ma sœur était en train de me présenter et de me passer les informations de l’église, à l’intérieur de moi, j’étais en train de crier: «Non Cris, ne pars pas! S’il te plaît reste ici! Je serai ton auxiliaire, mais je ne veux absolument pas être l’épouse responsable ici. Je veux apprendre». Ma sœur ne voyait pas ce cri, parce que mon visage regardait les salles de l’église qu’elle me présentait. Cependant, Dieu et moi savions ce que je vivais à l’intérieur de moi. Je trouvais que je n’avais aucune condition d’être dans une position d’autorité, parce que je voyais mes conflits comme étant plus grands que ma foi.

Il semblait que je voyais vraiment mon âme désespérée.

J’ai dit à Dieu vraiment révoltée: «CE N’EST PAS TON ESPRIT! Cet esprit mou, me sentir sans conditions, etc.,.. Il n’est pas à Toi. Et je n’accepte plus de présenter cela. Je ne sais pas ce que le Seigneur va faire de moi, mais je veux une réponse maintenant!».

J’ai fini de prier et je suis partie dormir. Grâce à Dieu, j’ai eu l’opportunité de tout confier avant que mon mari n’arrive et me voit de cette façon.

Ainsi comme j’ai prié de manière intelligente en pensant à mes paroles, comme également à la foi que je prophétisais et le résultat auquel je croyais, c’est de la manière dont j’ai agi après cette prière.

La semaine prochaine, je continue.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 comentários

  1. Oh, oui! Nous devons vraiment révolter contre toutes situations dans notre vie pour avoir le résultat.

    Voyez plus
  2. C’est vraiment ce que je suis en train de vivre… Vos histoires m’aident beaucoup!
    La suite!!!

    Voyez plus