De Retour au Passé – 61ème Partie

Viviane Freitas

  • 15
  • Nov
  • 2016

De Retour au Passé – 61ème Partie

  • 15
  • Nov
  • 2016

Le grand jour du déménagement en Angleterre était en train d’arriver. Je n’avais presque pas de vêtement. J’ai trouvé cela formidable! Je n’avais pas beaucoup de choses à prendre.

Mais en arrivant là, je me sentais décontenancée, car je n’avais pas beaucoup de choses pour me vêtir, en me comparant aux autres. Ce n’est pas que je n’avais rien, mais j’en avais peu et le peu n’était pas ce qui me valorisait, pour me sentir bien, ce n’était pas adapté à une femme de pasteur.

Mais cela a disparu, avec les choses que j’ai dû affronter.

Nous avons été envoyés en Angleterre pour assumer le travail. Et qui était là avant moi? Ma sœur et son époux, bien sûr! Ils ont continué à être là encore 1 mois et demi avec nous. Aucun pasteur ou épouse de l’Angleterre, savait que nous allions assumer le pays. Julio était encore le responsable de l’Espagne.

Nous devions maintenant, nous souvenir de l’anglais. Cela faisait des années que nous n’écoutions plus l’anglais, ni le parlions. Nous travaillions avec l’espagnol, pendant 7 ans. Et voilà maintenant! Encore l’anglais.

Lorsque je parlais l’Anglais, je voyais mon accent bien chargé, en parlant assez mal. Quelle honte! On dirait que je n’avais pas étudié l’anglais, ni à l’école aux États-Unis.

Je suis arrivée, déjà en devant faire le programme «Choses de Femme» en Portugais, conjointement avec ma sœur et d’autres épouses, sur la TV Record, qui était transmis au Brésil et dans le monde (je crois). Et pour rendre la chose encore plus difficile, je devais aussi apprendre à parler le portugais. Mon Portugais était contaminé avec l’espagnol. Je formais des phrases en portugais et quelques mots en espagnol. Et de façon incroyable, quoique que je m’efforçais… je me souvenais de certains mots seulement en espagnol. Comme si j’avais effacée de ma mémoire, le mot en portugais.

Dans l’émission «Choses de Femme», il y avait 4 amies, qui parlaient d’un thème. Le présentatrice était ma sœur. Toutes les amies se connaissaient déjà. Et nous nous réunissions toujours pour former le thème conjointement. Et à ce moment-là, je me voyais, quelqu’un là, avec des difficultés de m’insérer. Elles riaient et parlaient de choses, dans lesquelles je ne m’insérais pas, parce que je n’étais pas modernisée dans les sujets mentionnés. Je me sentais comme un «poisson hors de l’eau».

Au moment de l’émission, chacune devait participer avec son commentaire. Et au moment de parler ou d’intervenir, j’avais toujours un nervosisme, à tel point que lorsque tous les yeux étaient tournés vers moi, au moment de parler, j’avais toujours des «trous de mémoire». Les 4 amies riaient, trouvaient ma manière d’être amusante.

Selon moi, je me trouvais «bête», non à cause des autres, mais à cause de mes propres failles. Et ma difficulté de dialoguer avec ces épouses, qui étaient déjà des amies depuis des années, m’apportait un conflit plus grand.

En voyant ma sœur s’entendre bien avec tout le monde et s’en sortant «formidablement bien», me faisait penser encore plus que j’avais un problème.

Avant, ma sœur était ma protectrice, elle était celle qui était toujours à mon côté. Mais lorsque je la voyais dialoguer avec les autres, c’était comme si elle n’avait pas besoin, comme si elle était occupée ou très heureuse, pour voir que j’avais mes difficultés.

Normalement, lorsqu’elle s’en percevait, elle parlait avec moi, sans que je dise quoi que ce soit, parce qu’elle me connaissait très bien. Mais de cette manière, non. Elle ne voyait pas mes conflits, tout du moins à mon avis.

Des conflits et encore plus conflits. En outre, je voyais aussi mon époux un peu soucieux de parler une autre langue, avec laquelle il n’était plus habitué.

Mes problèmes et ses problèmes, tous ensemble. S’ajoutant et m’étouffant intérieurement. Au prochain post, je continue.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 comentário

  1. Encore merci Madame pour ce partage de témoignage. Cela m’éclaircir car moi aussi j’ai souvent ce problème de langue chaque fois que je change de pays.

    Voyez plus