De Retour au Passé – 57ème Partie.

Viviane Freitas

  • 11
  • Oct
  • 2016

De Retour au Passé – 57ème Partie.

  • 11
  • Oct
  • 2016

La foi nous fait toujours surpasser les obstacles. Et seulement ceux qui ont un objectif dans la vie peuvent l’activer.

Elle nous fait nous sentir comme des géants; elle nous fait beaucoup de bien! Mais ce n’est pas suffisant de donner aux autres ce que vous avez… Le plus important c’est ce qui arrive à l’intérieur de vous. Et à ma surprise, pour plus que cela me défiais moi-même, je n’arrivais pas à comprendre que ce n’était pas tout.
Comment cela?

La foi nous fait conquérir, mais au-delà de cela, elle nous discipline. Cela requiert de nous que nous soyons justes quant aux choses que nous savons déjà…. Cependant, il y a des moments, pour une raison ou pour une autre, où nous pensons que nos erreurs sont tolérables. Enfin de compte, personne n’est parfait, n’est-ce pas?

Oui, c’est vrai. Personne n’est parfait, mais les imperfections ne sont pas là pour être tolérées mais résolues, en finissant avec elles!

Et dans mon intention de vouloir servir Dieu, je ne comprenais pas que quelque chose allait mal à l’intérieur de moi, parce que j’alimentais cette pensée: «personne n’est parfait». Cette pensée que j’acceptais, était une manière émotive de faire face à ce dont j’avais conscience, mais qui n’exigeait pas de me donner. Au fond, au fond, cette manière de penser ne me faisait pas violenter ma nature qui nourrissait quelque chose d’erroné.

La foi émotive peut même vous convaincre que tout va bien, parce que vous faites même des choses qui vous défient. Mais lorsque celle-ci ne répond pas à la nécessité de votre intérieur, elle ne regarde pas ce qui vous manque à remettre, vous vous coupez de votre nécessité pour regarder vos œuvres. Et c’est justement là que beaucoup cheminent en direction de l’enfer.

Je n’étais pas en paix avec ma conscience, mais je restais avec une joie temporaire dans les œuvres que je faisais, qui selon moi, me surprenaient. Mais au plus profond de mon être, j’étais là en train de crier pour un secours et je ne savais d’où il pourrait venir.

Je me rappelle que, lors des veillées, je retournais chez moi en contemplant les cieux et je pleurais. Combien de nuits j’ai pleuré pour une réponse. Et rien n’arrivait.

Pourquoi ?
J’exposais seulement ma douleur à Dieu, mais je ne faisais rien en faveur de ce que je voulais voir arriver.

Lors d’un des appels de ma sœur, elle m’a dit que j’étais égoïste. Et, comme je ne voulais plus être la même, j’ai commencé à vouloir changer tout ce que je trouvais. Je venais d’acheter 3 bagues; le prix était très cher pour moi, mais à ce moment-là précis, j’ai décidé de lui en donner un et je lui ai demandé de choisir la couleur qu’elle voulait. Et elle a choisi justement celle que j’aimais. Mais ma finalité était d’arrêter d’être égoïste alors je lui ai envoyé la bague. J’ai commencé à vouloir confronter tout ce qui n’allait pas en moi.

Lors d’une campagne d’Israël, j’ai décidé de sacrifier et de faire quelque chose que je n’avais jamais fait jusque-là. Mon objectif dans cette campagne, était justement de résoudre quelque chose que je ne savais pas comment gérer. J’ai pris l’enveloppe, en pleurant, sachant que cette fois-ci je me défierai moi-même, dans quelque chose qui me ferait mal, car normalement je donnais ce que nous avions sur le compte, mais cela n’était pas mon tout.

C’est alors que j’ai pris tous mes vêtements. Tous vraiment, même mes t-shirts, etc. J’ai seulement gardé ce qui était très intime. Et cela fut ainsi : Un jour avant la campagne, j’étais là ramenant plusieurs valises à l’église. Et de là j’allais vendre tout ce que j’avais.

En faisant les valises, il y avait des pièces de vêtements qui «brisaient» réellement mon être, que j’aimais beaucoup et je pleurais. Honteuse devant Dieu, parce que je savais qu’Il me regardait, j’ai demandé pardon pour mes pleurs. Je n’aurai jamais imaginé que j’étais attachée à ces vêtements.

Je me rappelle que bien des fois, pendant d’autres campagnes, Dieu me demandait de sacrifier cela, mais je me disais, dans mon fort intérieur, que ce ne serait pas un sacrifice. Mais lorsque j’ai réellement mis en pratique, j’ai vu que réellement, cela était un sacrifice.

En réalité, c’était seulement une partie du sacrifice, il manquait quelque chose de plus.
Restez attentive, parce que j’ai encore beaucoup de choses à raconter.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

1 comentário

  1. Cela m’inspire vraiment!
    Merci Madame Viviane!

    Voyez plus