De retour au Passé – 4ème  partie

Viviane Freitas

  • 21
  • Juil
  • 2015

De retour au Passé – 4ème partie

  • 21
  • Juil
  • 2015

Une fois, il est arrivé que notre responsable était mécontent avec Julio. Je ne me souviens pas quel était le motif, mais je me souviens que j’en ai fait partie.

Je vivais avec mes parents et le responsable du pays à cette époque, dans la même maison. Et je remarquai que, parfois, le responsable ne nous dirigeait pas la parole. Il est resté muet. Il était mécontent.

Ceci me dérangeait, parce que je ne savais pas ce qu’il se passait au juste. Quelle erreur nous avions commise pour qu’il nous ignore de cette façon?

Mais bon, qui étais-je?

À peine une épouse d’un pasteur, une servante de Dieu. Et sachant que nous sommes des serviteurs, nous n’avons pas le droit de remettre en question quoi que ce soit, mais d’obéir.

Julio m’avait orienté de ne pas parler à personne. Mais ceci me dérangeait. Vivre dans la même maison et sans se parler.

J’étais angoissée, mon âme était troublée. Je ne savais pas quoi faire.

Et chaque matin, lorsque nous nous réveillions, ma mère avec son beau sourire, disait: «Bonjour, ma fille » et elle me donnait des bisous et des caresses.

À ce moment-là, j’ai eu une douleur dans l’âme. « Oh, je suis tellement aimée, je voudrais compter sur ma mère en ce moment d’angoisse, mais je ne peux pas. » Mes yeux se sont remplis de larmes, et lorsque ma mère a regardé dans mes yeux, elle a vu tout de suite que quelque chose n’allait pas bien. Et elle m’a demandé: « Qu’est-il arrivé, ma fille? » J’ai répondu:x « Oh maman, s’il te plaît, ne me pose pas cette question, parce que je ne peux pas y répondre. » Et elle a insisté: «Parle, ma fille. » Je lui ai répondu: « Julio, ne veut pas que j’en parle. » Soudant, mon père est arrivé et m’a dit: «Qu’est-ce qui ne va pas? Viens ici, dit moi ce qui se passe. Je te l’ordonne, tu peux parler. »

Alors, je me me suis fondue en larmes et j’i raconté la situation que nous vivions avec notre responsable. Il a écouté et m’a orienté.

Le dimanche soir, Julio reçoit un appel afin de comparaître au siège car l’évêque voulait nous parler. Julio me regarde: « As-tu dit quelque chose? » Je lui ai répondu: « j’ai dit, on m’a demandé et je l’ai dit. »

En effet, j’étais soulagée. Tout ce qui était le plus sacré dans ma vie, ce n’était pas d’aborder le problème devant tout le monde, mais de défendre mon âme qui était dans l’angoisse. Si, je n’avais pas raconter, je serais rester avec ce problème à l’intérieur de moi et je n’aurait rien résolu.

Encore avec mon coeur en « sursaut » de peur, de ce qui pourrait arriver, je suis allée. Julio bouleversé d’un côté, et moi de l’autre côté, appréhensive .

Nous sommes arrivés au bureau, nous nous sommes assis et nous avons exposé tout le problème à l’évêque responsable, à mes parents et nous avons parlé. Et là, tout a été résolu. Ce problème est mort véritablement.

À partir de ce moment-là, j’ai compris comment résoudre les problèmes. Ne pas garder tout ce qui puisse me laisser confuse, car la confusion engendre le doute, la peur et l’insécurité.

J’ai compris que je dois exposer les problèmes que je n’arrive pas à résoudre par moi-même: que ce soit, résoudre, apprendre et réparer. En parlant et en étant discipliné par mon acte.

Une chose est certaine, je ne peux pas rester avec un coeur lourd à propos de quoi que se soit, car ceci ne peut pas me sauver. Au contraire, cela me fait avoir de mauvais yeux, des mauvaises pensées et nourrit même une idée du diable à l’intérieur de ma tête.

La chose la plus sacrée que j’ai, c’est mon salut. Peu importe ma position (épouse de pasteur ou d’évêque). Je dois préserver mon salut à tout prix, parce que c’est mon salut que me permet d’avoir la paix, la conscience tranquille et la force même pour la bataille.

Mais lorsque mon salut est taché, je reste fragile. J’ai des doutes, de la peur, de l’incertitude et le diable fait la « fête » en écrasant et en humiliant.

Il est préférable d’être humble et de faire face que de fuir ou de se cacher avec la fierté, en vivant dans le tourment à intérieur de soi-même.

 

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

11 comentários

  1. Parfois nous croyons que garder ou ne rien dire est mieux car on appréhende d’une mauvaise manière le résultat, on se dit aussi qu’on peut vaincre nous même mais vous avez très bien défini les conséquences de garder des problèmes qu’on ne peut pas résoudre…

    Merci

    Voyez plus
  2. « Il est préférable d’être humble et de faire face que de fuir ou de se cacher avec la fierté, en vivant dans le tourment à intérieur de soi-même. »

    C’est totalement vrai!

    Voyez plus
  3. Merci madame pour cette parole car c’est vrai qu’en ce moment je passe par une situation similaire et a travers de votre témoignage je sais maintenant comment agir

    Voyez plus
  4. Il est préférable d’être humble et de faire face que de fuir ou de se cacher avec la fierté, en vivant dans le tourment à intérieur de soi-même. Ne pas garder tout ce qui puisse me laisser confuse, car la confusion engendre le doute, la peur et l’insécurité. C’est exactement ce qui ce passer avec moi a chaque foi que j’avais un problème et que je ne fessais pas face à celui-ci.

    Voyez plus
  5. Il est préférable d’être humble et de faire face que de fuir ou de se cacher avec la fierté, en vivant dans le tourment à intérieur de soi-même.Ne pas garder tout ce qui puisse me laisser confuse, car la confusion engendre le doute, la peur et l’insécurité. C’est souvent ce qui m’est arrivé lorsque j’avais un problème et que je ne fesais pas face à celui-ci

    Voyez plus
  6. Le plus importante c’est garder notre salut sinon notre âme va souffrir.

    Voyez plus
1 2