De retour au Passé – 33ème  Partie

Viviane Freitas

  • 28
  • Mar
  • 2016

De retour au Passé – 33ème Partie

  • 28
  • Mar
  • 2016

Vous savez… Lorsque nous attendons quelque chose, le temps ne passe pas, n’est-ce pas? Ainsi étaient mes jours dans l’attente de mes enfants.

Durant cette période d’attente, sans aucune date ni prévision de les revoir, j’ai appris beaucoup de choses. Vraiment, beaucoup de choses.

La fille qui m’aidait à prendre soin des enfants était une ouvrière. Et elle est partie avec les enfants chez leur responsable légal. Une fois là-bas, cette fille a commencé à «perdre la tête». Elle s’est retournée contre moi d’une telle manière qu’elle ne voulait plus travailler avec moi.

Beaucoup de choses étaient dites contre moi. Sincèrement je ne me rappelle plus ce que c’était. Mais il est certain que cela n’est pas arrivé par hasard, pour que je ne le prenne pas au sérieux, mais pour que je cherche l’aide de Dieu.

Je suis allée voir l’évêque de cet endroit et je lui ai tout dit. L’évêque m’a dit que je n’avais aucun problème, mais que «l’ouvrière» oui. Cependant à l’intérieur de moi, je n’ai pas accepté le fait que quelqu’un ait cette audace de parler de moi. En fin de compte, qu’est-ce que j’étais en train de présenter qui lui donnait cette audace de parler de cette manière? D’une certaine façon, je ne me suis pas trouvée parfaite non plus, mais dans l’erreur.

J’ai parlé avec Julio et je lui ai dit de me baptiser. Et ainsi, dans la piscine, je me suis baptisée. Assumant ma position de pêcheur. J’y suis allée avec l’intention de me racheter de mes péchés. Car peu importe à quel point l’autre, l’ouvrière, était dans l’erreur cela n’était pas suffisant pour couvrir mon erreur.

Je n’étais véritablement pas en train de regarder son erreur, mais plutôt la mienne.

À cause de cette attitude, l’employée qui m’a vu faire cela a aussi voulu passer par le baptême d’eau.

De manière sincère, je cherchais Dieu, avec soif. À cette époque, j’ai aussi vu un certain égoïsme de ma part. Lorsque les enfants sont partis chez leur responsable légale, je n’ai pas voulu envoyer leurs meilleurs vêtements là-bas, j’en prenais soin avec tant de tendresse et de zèle, après tout, ils avaient été achetés avec notre sang.

Et ma crainte était qu’ils n’en prennent pas autant soin et qu’ils oublient aussi leur «mère».

À cause de cette attitude, celle de ne pas avoir envoyé leurs vêtements, un grand problème a surgi.

Je me rappelle parfaitement du jour où ma mère m’en a parlé:

«Ma Fille, ne sois pas ainsi. Donne ce qu’ils te demandent. Ne sois pas égoïste!»

Vous savez, ces paroles de ma mère m’ont profondément touché. À tel point que j’ai écrit une lettre à la responsable, que j’ai envoyé par courrier avec un bouquet de fleurs, en demandant pardon. Je leur ai envoyé toute la garde-robe des enfants que j’avais gardée.

J’ai ainsi compris que, face à une douleur, notre propre défense nous fait agir de manière charnelle.

Ce n’est pas par hasard que Jésus a dit:

«Vous avez appris qu’il a été dit: œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.»

(Matthieu 5:38-40)

J’avais tellement à apprendre, mon Dieu!

Mes défenses étaient un signe d’égoïsme. C’est pour cela que je comprends maintenant ce verset. Lorsque nous sommes en train d’être «bombardés» ou que nous nous sentons «victimes d’injustices», nous finissons par apprécier le sentiment qui nous laisse agir de manière si immature et honteuse.

Ces failles que je trouvais au long de mon chemin, me faisaient arriver à Dieu d’une manière spéciale.

Ma mère n’a pas beaucoup parlé, mais l’esprit qui se trouvait derrière ses paroles ont apporté la vie à ma chair mortelle.

Voyez le rôle important que nous pouvons jouer dans la vie du prochain. Le rôle de ma mère a été fondamental. Au-delà des paroles qu’elle m’a dites, elle vivait ainsi. Elle donnait sans rien attendre.

Derrière cette histoire, il y a des hommes et des femmes de Dieu qui m’ont formé. Je leur suis très reconnaissante.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

4 comentários

  1. 《… face à une douleur, notre propre défense nous fait agir de manière charnelle.》
    Ça c’est très vrai

    Voyez plus
  2. « J’ai ainsi compris que, face à une douleur, notre propre défense nous fait agir de manière charnelle. »
    Vrai , c’est comme vouloir ce faire justice à soit même , sans Dieu le résultat est catastrophique.

    Voyez plus
  3. Une histoire touchante et instructive!!! Moi aussi j’ai appris beaucoup. Merci Madame!

    Voyez plus
  4. C’est exactement ça , lorsque je regarde MES erreurs, je me présente devant DIEU d’une manière spéciale et je ne me mets en position de victimes d’injustices car c’est trop facile.
    Merci de partager vos expériences.
    Bis

    Voyez plus