De retour au Passé – 30ème  Partie

Viviane Freitas

  • 7
  • Mar
  • 2016

De retour au Passé – 30ème Partie

  • 7
  • Mar
  • 2016

Luis était le plus drôle, mais d’un autre côté, il était celui qui avait le plus de difficultés.

Il avait le plus de difficultés, parce qu’il voulait continuer avec ses manies de mentir, de désobéir et d’oublier les compromis, pour faire ses propres volontés.

D’autre part, Vera était calme et elle était ma compagne, parce qu’elle tenait compte de mes orientations.

Lorsque Vera a commencé l’école, à la maternelle, elle a eu ses propres difficultés, car elle ne comprenait rien en anglais. J’ai alors décidé de participer à un jour dans sa classe. Elle est restée, ainsi, plus confiante. J’ai profité de ces instants dans sa classe, pour avoir une tonne d’idées pour l’EBI, à utiliser dans le futur, lorsque j’aurai l’opportunité de travailler avec l’EBI.

Tout allait bien pour elle dans cette école. Elle y a appris l’anglais et a beaucoup aimé y être. Par la suite, elle est allée dans une autre école où Luis allait aussi commencer à y étudier, car il avait déjà l’âge d’apprendre.

Après 3 mois de classe, l’école m’a convoqué à son sujet. Et, j’y suis allée.

Le Conseiller d’éducation de l’école m’a parlé de la situation de Luis et m’a dit qu’il allait être expulsé, car ils ne pouvaient pas avoir un enfant qui distrayait les autres dans la classe, comme le faisait Luis.

Tout ce que je sais, c’est que dans cette salle d’accueil, j’ai commencé à pleurer. Le conseiller a eu de la peine pour moi et a dit: « Voyez bien, ne vous inquiétez pas, il y a « cette » école qui peut accepter Luis, parce que là-bas c’est une école pour les enfants qui ont ce problème. »

J’avais tellement honte de la situation et j’étais tellement énervée contre Luis, que je ne savais pas quoi faire.

Je suis donc allée chercher une autre école. Luis a réussi à avoir une place dans la première école, là où Vera avait été. Là, ils l’ont accepté.

Après quelques temps, nous avons été transférés à New-York. Et ils ont encore eu l’opportunité d’y aller avec nous. Il advint qu’à l’école de New-York, Luis continuait à causer le même problème.

La professeur m’a à nouveau appelé et m’a même orienté d’aller voir un psychologue. Je sais juste qu’en écoutant cela du professeur, je lui ai parlé sérieusement: « Si Mon Dieu est véritable, Il va résoudre cette situation. Je ne vais aller voir aucun psychologue. Luis n’a aucun problème. »

Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi Luis avait du mal à obéir. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi, lorsque je lui disais les choses, il n’obéissait pas.

Les punitions ne fonctionnaient plus. J’ai dû opter pour d’autres choses qui allaient l’apprendre à changer, mais même ainsi, rien!

J’ai bien des fois pleuré, parce qu’en plus de ces difficultés, que j’avais avec lui, j’étais en train d’avoir des problèmes quant à leur situation. Je n’avais plus aucun espoir de trouver un moyen de les avoir avec moi, parce que ces problèmes scolaires étaient en train d’engendrer d’autres problèmes, notamment au sujet de leur garde.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 comentários

  1. Bonjour Madame, souvent on pense que on est la seule à passer par certains problèmes, mais non, il y a quelqu’un qui les a déjà traversé ou les traverse aussi. Vos histoires me tranquillisent. Merci madame!!!

    Voyez plus
  2. Pressée de connaître le prochain post pour connaître quel à été votre décision !

    Voyez plus
  3. Intéressant,
    Je vis un peu la même chose avec mon filston.
    Mais je vais prendre les bonnes armes pour lutter.

    Voyez plus