De retour au Passé – 25ème  Partie

Viviane Freitas

  • 1
  • Fév
  • 2016

De retour au Passé – 25ème Partie

  • 1
  • Fév
  • 2016

Un jour dans la réunion, Luis et Vera n’ont pas voulu prier. Ce jour-là, ils ont insisté pour rester les yeux ouverts et ne pas prier. Je suis restée très fâchée envers eux. Vraiment beaucoup!

J’investissais vraiment tout de moi-même, afin de créer en eux quelque chose de productif pour leur vie.Alors, après la réunion, je suis allée dans une salle où leur père était et j’ai dit « Regarde Julio, je suis très triste avec Luis et Vera! Aujourd’hui, ils n’ont pas voulu fermer les yeux ni prier! » Je parlais avec Julio pour qu’il appelle leur attention! Et Julio leur dit alors: « Ah bon?! Alors vous allez voir quand je vais revenir! Et il est sorti et les enfants (Luis et Vera) ont commencé à pleurer de peur! »

Puis j’ai dit « Regardez, si vous voulez que papa ne se fâche pas avec vous … Il y a un solution! »
Ils ont demandé: « Quelle solution? »
« Nous allons prier et demander à Dieu qu’Il touche le cœur de papa pour qu’il n y ait pas de dispute! »

Nous avons ainsi fait un cercle et, désespérés, ils ont clamé Dieu. Ils ne priaient pas, mais c’était un désespoir. Et j’avais envie de rire, parce qu’ils demandaient si désespérément à Dieu, que nous avons fini la prière et j’ai demandé: « Alors? Comment allez-vous? » Ils ont dit: « Maman, j’ai peur! »

Alors j’ai dit « Mais vous n’avez pas prié Dieu? »

Ils ont répondu « Oui maman. »

Puis j’ai dit: «Alors vous ne pouvez pas rester ainsi! Vous devez prier en croyant que Dieu a touché le cœur de papa! Quand nous prions, il ne peut pas y avoir de tristesse ou de doute, mais la paix!»

Je les ai alors appelés à nouveau pour prier et cette fois-ci j’ai dirigé la prière, en expulsant toute la peur et tout le doute. Et qu’à partir de ce moment, ils n’allaient plus jamais faire cette chose erronée. Nous avons fini la prière et j’ai demandé: « Comment vous vous sentez? » Ils ont répondu: « Nous allons bien maman! »

Voyez comme je me souviens de cette scène, c’était beau! Les deux, purs, étaient aptes à croire à tout ce que je leur enseignais et ils acceptaient tout, à cœur ouvert.

Vous savez, tout ce que je leur enseignais était très considéré, spécialement par Verinha, qui était la plus responsable. Elle faisait tout ce que je lui enseignais.

Un jour, à la piscine, c’était la première fois pour les deux, quelque chose d’inespéré est arrivé. Alors que je portais Luis dans mes bras, parce qu’il était le plus petit, Verinha était à côté de moi, en train de se noyer, sans que je m’en rende compte. Quelques secondes ou minutes après, je l’ai remarqué, je lâche Luisinho au bord de la piscine et je l’ai secourue. En pleurant, dans son agonie, elle m’a seulement dit: « Maman j’ai clamé à Jésus! »

Elle m’a dit cela parce que je les enseignais toujours à ce sujet, en regardant dans leurs yeux, je disais le suivant: « Luisinho et Verinha, à chaque fois que serez en danger, clamez le nom JÉSUS! »
Et c’est ce que les deux faisaient.

Tout ce que je leur enseignais était valorisé. Il est clair que Luisinho était celui qui prenait les choses plus «à la légère», il ne prêtait pas trop d’attention quand je parlais sérieusement.

C’était un garçon super drôle. Et Verinha, était une petite fille qui trouvait Luis toujours très drôle. Les deux jouaient ensemble. Les deux étaient tendres. Ils aimaient mes bisous avant de dormir. Les deux, plus particulièrement Luis, aimait être exclusif. Il me voulait seulement pour lui. Mais je ne pouvais être à un seul des deux, j’étais pour les deux. Tout devait être partagé.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

4 comentários

  1. Amen très fort
    C’est un exemple à suivre pour savoir comment enseigner aux enfants.

    Voyez plus
  2. C’est très, très instructifs ces exemples. Soyez fortifié Madame!

    Voyez plus
  3. ? amen
    Belle exemple de mère a suivre.

    Voyez plus
  4. En effet, nous devons apprendre à nos enfants, dès leurs plus jeune âge, a clamer à Dieu ! Nous pensons toujours: Ils sont trop petits, on verra quand ils seront plus grands! C’est une erreur, car petits ils assimilent plus vite les choses et nous les préparons pour affronter leurs difficultés plus tard!

    Voyez plus