De retour au Passé – 24ème  Partie

Viviane Freitas

  • 26
  • Jan
  • 2016

De retour au Passé – 24ème Partie

  • 26
  • Jan
  • 2016

Je suis retournée à Los Angeles. En d’autres termes, 8h en moins de Lisbonne. Un long voyage de retour à la maison, mais j’étais décidée, pleine de projets et d’attentes concernant leur venue.

J’ai rapporté mon «oui» à ma famille. À cause de ma décision, nous avons pris les devant. Nous nous sommes soumis à la législation, pour alors entamer la procédure d’adoption.

Tout indiquait que cela marcherait. Les enfants étaient déjà grands. Ils avaient 3 et 4 ans et généralement toutes les personnes qui ont recourt à l’adoption choisissent des bébés.

Nous sommes alors restés dans l’attente de la réponse. Un jour, un mois, deux mois… jusqu’à ce que la réponse vienne: « Non! Votre demande n’a pas été acceptée. Vous n’avez pas de domiciliation au Portugal, vous n’avez pas l’âge suffisant pour les adopter. La somme des âges du couple doit être de 50 ans. » Moi et Julio n’arrivions pas à cette somme.

Imaginez… Tant d’attente et rien.

J’ai beaucoup pleuré, c’était eux que je voulais. Je pouvais n’avoir aucune expérience, en tant que mère, ni l’âge suffisante pour les adopter, mais le désir et la certitude que j’avais à leur donner étaient énormes.

Le Dieu Auquel je croyais et ce qu’Il a fait dans mon intérieur, ne pouvait pas rester seulement pour moi. Vous vous souvenez que je n’avais plus aucune fonction, qui me permettait de prendre soin du peuple et alors les enfants étaient une chance de pouvoir faire quelque chose pour quelqu’un de nécessiteux.

Par ailleurs, à l’intérieur de moi est né une révolte. La révolte de voir tant d’enfants souffrir et lorsque quelqu’un peut donner ce que beaucoup de familles n’ont pas… Cela est refusé!

À ce moment crucial de l’histoire, je parlais déjà avec eux, pratiquement, toutes les semaines. J’étais déjà en train de former un lien, une affection et à l’intérieur de moi, un amour envers eux.

Je n’ai jamais adopté Louis et Vera avec toutes les conditions légales, mais j’ai eu l’opportunité de les avoir pour un temps.

J’ai alors été comme leur « mère ». C’était moi qui les amenais à l’école, chez le médecin, etc. Je leur donnais tout mon soutien. Et ce fut ainsi, pendant 3 ans, où j’étais leur tutrice.

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

3 comentários

  1. Votre journal « De retour au passé » est très intéressant et édifiant Madame Vivi!
    J’ai lu du 1 au 24 et je suis en attente des autres!
    Comme je peux apprendre que la maturité est une chose qui s’acquière au fil du temps par différents expériences et douleurs.
    Ce passage est obligatoire pour être mature, sinon rien.

    Voyez plus
  2. Quelle détermination! C’est encourageant.

    Voyez plus
  3. Amen
    Belle histoire

    Voyez plus