De retour au Passé – 12ème  Partie

Viviane Freitas

  • 22
  • Sep
  • 2015

De retour au Passé – 12ème Partie

  • 22
  • Sep
  • 2015

A New York nous avons eu plusieurs luttes dans l’oeuvre. Il est difficile de faire le l’Oeuvre de Dieu dans un autre pays, qui a une culture différente de la notre.

Il y a plusieurs combats que l’homme de Dieu et la femme de Dieu font face dans l’œuvre de Dieu.

Tout d’abord dans son être, comme un homme de Dieu, surmonter leurs luttes et des difficultés internes, sans permettre que cela affecte ni distrait ses besoins. En plus de se surmonter, doit rester pour toujours « vivant » spirituellement pour garder son peuple «nourrit» spirituellement, répondre à leurs questions, la bénédiction et la suppression de mal.
Selon la responsabilité qui est mise dans les mains du pasteur et son épouse, rien ne peut manquer. Autrement dit, il doit être en communion avec Dieu intensément pour faire ce qui doit être fait. Il a besoin d’être avec ses oreilles attentives à la voix de Dieu.

Et quand le pasteur est jeune et son épouse aussi, ils vont murir dans de grandes responsabilités.

Moi et Julio étaient bien jeunes. J’étais dans l’Oeuvre, il y a peu de temps mais Júlio y était plus longtemps que moi. Mais cependant, nous avons dû apprendre à concilier les choses.

J’étais très jeune et mariée, je n’avais que 3 ans quand je suis allée à New York. Je m’inquiétait beaucoup si Júlio avait bien manger, parce que lui et tout le monde travaillait dur, ils se réveillaient à 6h du matin et quittent la maison pour à 7h,pour être à 8 heures ou 9 heures dans l’Eglise, et y restez jusqu’ à 22h ou 23h .

Ma mère était ma référence de la façon dont nous devrions prendre soin de ceux qui sont sous notre responsabilité. Dans mon cas, je n’avais que Júlio.

Il faut donc toujours « réchauffé » la nourriture à chaque fois que je me trouvais avec Julio dans l’église, lors du déjeuner, et souvent Júlio se plaignait de la nourriture que j’apportais de la maison, et un jour précis, il se plaignait de la viande, qui était dur, etc. .

Et j’insistais qu’il mange de toute façon, parce que la vie dans l’Oeuvre de Dieu ne nous permettait d’avoir de la nourriture prête et chaude, et souvent la seule solution était le Tupperware.

Vous savez, tout homme marié veut un plat parfait, bien bon parce que comme il a une épouse, il a le droit d’exiger. A cette époque je ne comprenais pas, je pensais que Júlio était exigent avec la nourriture et parfois je pleurais pour qu’il puisse manger.

Cela ressemble à un film!

La même scène que ma mère vivait avec Cris et Moi! Nous n’aimions pas manger. Tout était une raison pour ne pas manger.

Et un jour, l’évêque Renato m’a vu à insister, et en colère Júlio a tout laissé dans le plat.

L’Evêque Renato Maduro a fait un voyage et a dit à mon père le traitement de Júlio envers moi. Aux yeux de l’évêque Renato, Julio me maltraitait. Mais ce n’était pas le cas. C’était moi qui insistait pour qu’il accepte ce que nous avions.

Plus tard, j’ai reçu un appel de mon père pendant ce voyage missionnaire de l’évêque, et m’a appelé à l’ordre: « Viviane, écoute-moi bien! Aucun homme aime qu’une femme insiste. Arrête d’être sensible! Arrêtez de l’obliger à manger! Qu’il se débrouille! Ecoute, l’Evêque Renata va arriver et va bien parler à Julio. »

Jamais mon père m’avait appelé pour me dire ce qui allait arriver. Mais dans ce cas, oui.

Et je savais que viendrait un «tremblement de terre» donc j’ai fait un propos avec Dieu.

Je parlais à Dieu (+ ou – bien):

« Dieu, je ne supporte plus d’être appeler à l’ordre, il y a toujours quelque chose qui nous persécute! Est-il possible?! Maintenant,vous allez m’écouté. Vous allez écouter que j’ai à Vous dire. Ecoute, je vais lire à haute voix pour que vous Seigneur vous vous souveniez de Vos paroles. Je vais vous lire chaque jour: Parce que je me suis accroché avec amour et je le délivrerai.

Maintenant, c’est votre problème, Seigneur! Je ne se soucie pas de ce qui va arriver, le problème est le vôtre! »

Je parlais avec conviction. Je savais que j’essayais de mener une vie sainte face à Dieu, je servais de la meilleur façon. Je gardais toujours mon cœur, mes yeux, etc. « Comment vivre une vie où Julio est toujours appeler à l’ordre? Seigneur, vous devez me délivrer de cette situation. »

Quoi qu’il en soit, j’ai ce type de prière à chaque jour, en lisant la Parole de Dieu pour qu’il puisse entendre ma plainte.

L’Evêque Renato est revenu di voyage, et était «en colère» avec Julio. Prêt à l’appeler à l’ordre. Et dans la.première réunion des pasteurs après son son arrivée, il dit ouvertement …

« Julio, je suis venu ici pour en finir! Mais je n’y arrive pas! Tout ce qui me vient à l’esprit est ce que Viviane m’a dit à ton sujet! »

Il m’a demandé quelque chose avant de voyager et avant l’appel de mon père. Je ne me souviens même pas de quoi. Je ne savais pas ce qui se passait dans sa tête.

Jamais dans l’histoire de l’Eglise universelle, je n’ai jamais vu évêque déterminé pour une chose, et dit qu’il n’arrive pas à faire cela!

Quand j’ai entendu l’évêque le dire, j’ai levé la main pour voir si je pouvais parler, et il me demande: « Quoi Viviane ? »

J’ai dit, «Je sais pourquoi vous n’arrivez pas à en « finir »avec Júlio! J’ai demandé à Dieu de me délivrer. Et il est en train de le faire! » Je crois que l’Evêque n’a pas compris et il a continué la réunion.

Ce fut une expérience inoubliable de ma foi.
Quand on croit, on accomplit et obéit.
Et si vous obéissez, vous avez le droit de recevoir les promesses.

Et Dieu aime ce type de sincérité, parce qu’Il voit en nous la croyance !!!

Série: De retour au passé

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

11 comentários

  1. Ce genre d’expérience avec Dieu sont tellement merveilleuses.

    Voyez plus
  2. Lors de lutte, il y a differentes manière de réagir : se lamenter et donc présenter des excuses soit se revolter et accomplir une voeu.

    Voyez plus
  3. Madame, vos expériences m’édifient et m’aident énormément dans l’oeuvre de Dieu. Je continuerai à déterminer pour voir la grandeur de Dieu dans ma vie.

    Voyez plus
  4. J’ai été interpellé par le fait que lorsqu’on met en pratique la Parole de Dieu, on a le droit de recevoir. Madame Viviane a parlé avec conviction et Dieu l’a délivré. Il est donc nécessaire de prier avec intelligence et de ne pas parler pour parler.

    Voyez plus
  5. Après avoir lu cette expérience de votre vie, cette phrase m’est venu en tête : demandez avec foi, croyez et vous recevrez. C’est fort, chercher en Dieu en premier. A chacune de vos expériences, je vois à chaque fois plus l’importance d’avoir une communion forte avec Dieu. Quand il a la première place et il est au contrôle dans notre vie, on le met au contrôle de toutes choses pour qu’il nous aide à résoudre toutes situations.

    Voyez plus
1 2